Aller au contenu
Aller au menu
Accessibilité
Accueil
Actualites Aller à la recherche Plan du site Contact Mentions légales

Environnement

SCHEMA DIRECTEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES

Depuis plusieurs années, les communes sont de plus en plus sollicitées par des porteurs de projets pour l’installation de structures de production d’énergies renouvelables, voyant sur le territoire un potentiel plus particulièrement pour l’installation de centrales photovoltaïques. Afin de faire face à cette demande, et d’adopter une stratégie intercommunale, la CCLNG a décidé de lancer une étude sur la réalisation d’un « Schéma de Développement des Energies renouvelables ».

Qu’est-ce qu’un Schéma Directeur des Energies Renouvelables ?

Il s’agit d’un outil d’aide à la décision pour définir une stratégie intercommunale. Il vise à structurer le développement des énergies renouvelables sur le territoire.

Il offre :

  • Le panorama énergétique du territoire et celui des énergies renouvelables,
  • Le potentiel de développement suivant les types d’énergies (éolien, solaire, biomasse …)
  • La définition d’une vision partagée, mobilisatrice et opérationnelle.

 

La CCLNG a souhaité ainsi disposer d’une maîtrise sur les nouveaux projets, et identifier les zones les plus aptes à accueillir des énergies renouvelables (ancienne carrières, friches, parkings, délaissés ferroviaires et routiers, zones ayant une valeur agronomique faible avec une activité agricole inexistante, …).

Dans ce contexte, l’étude sert à la fois les travaux du Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi), engagé depuis septembre 2019, et constitue une feuille de route opérationnelle pour aider les élu.e.s à définir une doctrine en matière de production d’énergies renouvelables sur le territoire.  Ce Schéma de Développement des Energies renouvelables a également vocation à servir de socle au futur Plan Climat-Air-Energie Territorial de la Communauté de communes, document de planification obligatoire pour les intercommunalités de plus de 20 000 habitants qui sera lancé en juin 2022. Le Plan Climat Air-Énergie Territorial (PCAET) est un outil de planification qui a pour but d’atténuer le changement climatique, de développer les énergies renouvelables et maîtriser la consommation d’énergie.

Ainsi l’étude, confiée à la société AKAJOULE, a été livrée dans sa version définitive au mois d’octobre 2021 et approuvé par le Conseil communautaire de la Communauté de communes en décembre dernier.

L’objet de cette dernière visait à déterminer le potentiel local pour le développement d’installations d’énergies renouvelables : centrales photovoltaïques, éoliennes, géothermie, méthanisation, biomasse, autres énergies fatales non valorisées. L’étude s’est déroulée en deux phases :

  • Phase de diagnostic : étude des potentiels de développement des énergies renouvelables et de récupération sur le territoire ;
  • Accompagnement auprès de la CCLNG dans la détermination d’une stratégie de développement des énergies renouvelables.

Ces quelques données ont mis en valeur l’enjeu global de réduire la consommation d’énergie du territoire (rénovation thermique des logements, création d’emplois locaux évitant les transports) tout en produisant davantage d’énergies renouvelables localement.

L’intérêt recherché à la définition de la stratégie et des objectifs de déploiement des énergies renouvelables s’articule autour :

  • de l’effort global pour la transition énergétique et la lutte contre le changement climatique ;
  • des vulnérabilités aux énergies carbonées, par le renfort du recours à une énergie renouvelable produite localement ;
  • du levier de développement des énergies renouvelables pour accompagner le développement économique du territoire et réduire la facture énergétique des habitants;
  • des ambitions de l’intercommunalité en matière de transition énergétique, sur le volet de la production d’énergie renouvelable ;
  • de l’appréciation de chaque projet, au cas par cas, s’ils sont prioritaires au regard de la stratégie globale et des ambitions de la collectivité. C’est donc aussi un repère d’aide à la décision pour choisir les projets.

L’étude du Schéma de développement des énergies renouvelables a été subventionnée par le LEADER (5 317,48 €) et la Région Nouvelle-Aquitaine (8 862,50 €).

Documents de l’étude :

 

    

LE PROGRAMME CEPA(H)GES

 

Construire Ensemble les Pratiques Agricoles en Haute-Gironde pour l’Environnement et la Santé – CEPA(h)GES

En décembre 2019, l’Observatoire Régional Santé Environnement a organisé sa déclinaison sur le territoire de la Haute-gironde dans le cadre du Contrat Local de Santé. Il s’agissait de créer un espace de dialogue et d’information autour de la question de l’exposition des populations aux produits phytopharmaceutiques agricoles en Haute-Gironde.

Pour lui donner une suite, à l’initiative de la Communauté de Communes de l’Estuaire (CCE), ont été réunis les acteurs concernés au sein d’un comité de pilotage composé des communautés de communes Latitude Nord Gironde, Grand Cubzaguais et de Blaye, de l’association de riverains Alerte pesticides Haute Gironde, des Syndicats viticoles de Blaye Côtes de Bordeaux et de Côtes de Bourg, des Vignerons de Tutiac, de l’Agence Régionale de Santé, de la coordinatrice du Contrat local de Santé et de l’association de viticulteurs Bordeaux 45 (en Cubzaguais).

Ce comité de pilotage a défini de manière concertée une stratégie territoriale et un programme d’actions opérationnelles, avec l’accompagnement de prestataires spécialisés. De ces échanges est né le projet « Construire Ensemble les Pratiques Agricoles en Haute-Gironde pour l’Environnement et la Santé – CEPA(h)GES ».

Dans ce cadre, il a imaginé de la production de « podcasts audios » et sur des ateliers de concertation pour créer du dialogue entre différents acteurs. Ces podcasts ont mobilisé une trentaine de personnes de Haute Gironde et au-delà : des viticulteurs, des enseignants, des riverains, des professionnels de la vigne et du vin, des professionnels de santé, des élus, des associations et spécialistes de la protection de l’environnement …

La voix, l’expression et la vision de chacun d’entre eux ont été capturées et nous sont données à entendre au travers de 9 épisodes de podcasts disponibles sur la chaîne YouTube de la CCE. C’est un parcours de découverte qui est proposé aux « entendeurs » qui commence par un voyage dans le temps, qui nous permet de mieux appréhender le métier de vigneron, et les autres métiers du vin et de la vigne. En continuant le parcours, on s’arrête sur les préoccupations sanitaires de vie en bordure de vignes et sur les solutions qui peuvent être apporter pour améliorer la situation ; cela passe par le dialogue et par le changement de pratiques agricoles vers des pratiques plus durables et de préservation de l’environnement et de la santé humaine.

Ecouter les Podcasts

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter la brochure d’informations destinée aux habitants de Haute Gironde afin de mieux faire connaître les pratiques viticoles pour améliorer le vivre ensemble et pour donner les informations nécessaires en cas de problèmes est disponible

Consulter la brochure

LES SITES NATURA 2000

Natura 2000, c’est quoi ?

Sous l’impulsion du Sommet de la Terre à Rio en 1992, des projets de développement durable, comme celui de Natura 2000, ont vu le jour. Ce projet européen vise à constituer un réseau de sites abritant des habitats naturels ainsi que des habitats d’espèces animales ou végétales devenues rares ou menacées. L’objectif principal est d’assurer la pérennité des milieux de vie et la diversité biologique des sites.


Le rôle de la Communauté de Communes

Membre des comités de pilotage qui fixe les objectifs et les règles de gestion dans ces espaces, la Communauté de Communes participe aussi financièrement à l’animation et à la gestion du dispositif.


3 sites Natura 2000 protégés sur le territoire

  • Les Marais de Braud et Saint-Louis/Saint-Ciers-sur-Gironde
  • La vallée et Palus du Moron
  • Les vallées de la Saye et du Meudon (en cours de création)

À savoir

Ces sites sont des espaces gérés en tenant compte des réalités économiques, sociales et culturelles des populations vivant sur ces territoires ; Le dispositif est donc compatible avec les activités humaines comme la pêche, la chasse, l’agriculture ou la sylviculture. Bien souvent, ces activités peuvent être même vitales au maintien du milieu naturel dans un bon état de conservation.

Ce dispositif de protection et valorisation peut donner lieu à des aides ou avantages fiscaux au profit des acteurs intervenant sur le site (agriculteurs, sylviculteurs, associations et autres professionnels) dans l’exercice de leur activité ou le développement de leurs projets.

PLANTATIONS DE HAIES AUTOUR DES EQUIPEMENTS PUBLICS ACCUEILLANT DES ENFANTS

En 2016, en partenariat avec le Syndicat viticole des Blaye-côte de Bordeaux et le Conseil Départemental de la Gironde, la CCLNG a planté des haies arbustives sur les communes de Cavignac, Cubnezais et St Mariens, afin de constituer une protection contre les produits d’épandages phytosanitaires aux abords respectivement de la Maison de la Petite Enfance et des écoles.

Parallèlement, les viticulteurs concernés se sont engagés avec les communes par la signature d’une charte de bon voisinage pour ne pas épandre de produits notamment lors des périodes d’accueil des établissements scolaires, des récréations et lors des activités scolaires et périscolaires de plein air. La mairie concernée s’engage à fournir ces horaires et à informer le viticulteur en cas de changements horaires.

Le viticulteur devra, préalablement à la pulvérisation, informer la mairie des horaires d’épandage et le matériel utilisé devra impérativement être conforme à la législation en vigueur et veiller à son contrôle régulier afin de limiter au maximum la dérive.